Vues : 7

PROGRAMME CADRE DES INTERVENTIONS DU FIDA EN MILIEU RURAL AU BÉNIN (ProCaR)

===========

PROGRAMME RÉGIONAL D’INTÉGRATION DES MARCHÉS AGRICOLES (PRIMA)

==========

  1. Contexte
  • Les centres de collecte agricole du Togo et du Bénin et les marchés / hubs d’exportation alimentent la sous-région
    • Un obstacle majeur au commerce intrarégional, en particulier le long des couloirs transfrontaliers secondaires, est la faiblesse et l’inadaptabilité des investissements en infrastructures commerciales rurales (marchés, routes, logistique, électricité, etc.)
    • Au niveau régional, le commerce est réglementé par des textes et normes communautaires définis au sein de la CEDEAO, de la communauté des États sahélo-sahariens (CEN-SAD), de l’UEMOA, etc.
    • L’intégration des marchés régionaux reste entravée par le manque d’effectivité de certaines politiques régionales et leur faible traduction en investissements publics et privés conséquents, ainsi qu’une prise en compte insuffisante des aspects environnementaux et des potentialités des innovations numériques/digitales, 
    • L’échelle d’intervention régionale du PRIMA, sur deux des seize pays de la CEDEAO, lui procure une opportunité de suivi concrets des politiques au niveau territorial afin de nourrir des réflexions et suggérer des évolutions portées par les parties prenantes (ministères des pays concernés, plateformes régionales et nationales d’organisations de producteurs).

      2. Objectif général

      Stimuler le commerce agricole régional pour créer des emplois pour les femmes et les jeunes, augmenter les revenus et améliorer la sécurité alimentaire et la nutrition des ruraux pauvres

      3. Objectif de développement

      Soutenir la transformation durable de l’agriculture familiale au Bénin et au Togo en améliorant les performances des pôles commerciaux sous-régionaux et des couloirs de transport transfrontaliers tout en favorisant l’entreprenariat rural pour les jeunes et les femmes, et en intégrant pleinement les petits exploitants dans les marchés nationaux et sous-régionaux

      4. Composantes

      Composante 1 : Intégration des marchés et entreprenariat rural

      But : Valoriser et commercialiser les productions agricoles afin de favoriser 80% d’augmentation des revenus et 30% d’augmentation des volumes commercialisés sur sur les marchés réhabilités du Bénin

      Sous-composante 1.1: Utilisation, gestion et maintenance des infrastructures économiques (avec implication des utilisateurs des secteurs privé et coopératives) : (15  dispositifs de gestions des marchés (GIE, PPP), 15 groupes de maintenance des pistes rurales)

      Sous-composante 1.2 : Réhabilitation d’infrastructures économiques (5 marchés de demi-gros, 10 centres de collecte satellites, 300 km de pistes rurales).

      Sous-composante 1.3. Entrepreneuriat des femmes, des jeunes et des coopératives agricoles autour des marchés (650 Micro Entreprises Rurales portées par des jeunes dont 250 portées par les femmes et 100 portées par les personnes en situation de handicap; 50 coopératives agricoles féminines et mixtes et 05 agro PME) dont 30% sont des entreprises portant sur les filières à haute valeur nutritionnelle)

      Composante 2 : Transformation de l’agriculture familiale adaptée au changement climatique

      But: Augmenter de manière durable la production et la productivité des exploitations agricoles familiales par l’adoption des bonnes pratiques d’agriculture durable et le renforcement de la résilience au changement climatique afin d’induire une amélioration de rendements moyens de 30 % et de la situation nutritionnelle des ménages ciblés de 50%.

      Sous-composante 2.1 : Gestion durable de cultures pluviales (Amélioration de la productivité et diversification, petite mécanisation sur 16 000 ha)

      Sous-Composante 2.2 : Aménagement rizicole et gestion durable de cultures irriguées (Aménagement hydro-agricoles léger sur 4 000 ha, Développement de systèmes d’irrigation, Amélioration de la productivité et diversification)

      Sous-composante 2.3 : Amélioration de la sécurité nutritionnelle familiale et appui à l’intégration des femmes (Autonomisation des femmes, des jeunes et des personnes vivant en Situation de handicap, Communication pour le Changement de Comportement (CCC) dans l’alimentation des membres du ménage)

      Composante 3 : Dialogue politique et engagement citoyen

      But : renforcer l’intégration régionale économique et l’implication des organisations de producteurs en relation avec les instances décisionnelles de la CEDEAO et des autres institutions régionales pour piloter les stratégies des marchés agricoles transfrontaliers et appuyer l’engagement citoyen au sein des communautés bénéficiaires et garantir au niveau régional l’appropriation de la gestion durable des infrastructures.

      Sous-composante 3.1. Intégration régionale des échanges (en collaboration avec différents partenaires opérationnels et stratégiques : CIR du Ministère du Commerce, CILSS, ARAA/CEDEAO; 5 Cadres de concertation par corridor créés; Augmentation des échanges agricoles de 30% entre les deux pays)

      Sous-composante 3.2. Engagement citoyen inclusif (en collaboration avec les OP, ARAA…; 21 Ateliers bilan d’évaluation de la campagne et du fonctionnement des marchés; 10 auto-évaluations annuelles de la participation des OP au PRIMA)

      Composante 4 : Gestion du Projet

      Articulation régionale : un comité de pilotage conjoint du Programme sera formé par les gouvernements du Bénin et de la République togolaise et comprendra outre les représentants des ministères de l’Agriculture, des représentants d’Institutions Économiques Régionales (IER) et des OP régionales.

      Une unité d’Assistance technique régionale (ATR) aura en charge la coordination des activités entre les deux pays.

      Tutelle administrative du Projet par les ministères en charge de l’agriculture (MAEP au Bénin et MAPAH au Togo). Dans chaque pays, le Projet sera sous un comité national de pilotage (CNP). Le CNP devra (i) s’assurer que le Projet suit les orientations stratégiques, (ii) examiner l’état d’avancement global du Projet et (iii) valider le PTBA.

      La coordination nationale de chaque Projet, sera effectuée par une unité de gestion du Projet (UGP) au sein des dispositifs nationaux existants (ProCAR au Bénin et MIFA au Togo) et qui bénéficieront des acquis des autres projets en cours.

      5. Durée du projet

      6 ans de 2023 à 2028.

      6. Groupe cible

      • Les ménages ruraux des cinq corridors (Malanville (Kambouwo Tounga et Monkassa) ; Djougou (Kassoua et Kolokondé) ; Glazoué (Tchetti et Doumè) ; Bohicon (Xlansi et Djidja) ; Dogbo (Azovè et Klouékanmè)) : 99 000 ménages ruraux (594 000 bénéficiaires pour une taille de ménage estimée à 6)
      • les producteurs et productrices agricoles des cinq corridors;
      • Les jeunes (18-35 ans) entrepreneurs ruraux y compris les femmes et les personnes en situation d’handicap
      • Les coopératives agricoles (féminines et mixtes) actives sur et autour des marchés
      • Les Micro Petites et Moyennes Entreprises des corridors ciblés
      • Les acteurs qui participent à l’animation des marchés (Les commerçants grossistes, les transporteurs, etc…)

      Toutes les activités devant bénéficier :

      • Aux ménages ruraux vulnérables ;
      • A un minimum de 40% de femmes ;
      • A un minimum de 40% de jeunes (moins de 35 ans).

      7. Stratégie d’intervention

      • Recrutement prestataire en charge de l’ingénierie sociale
      • Recrutement des expertises internationales spécialisées
      • Recrutement des personnes ressources et des consultants
      • Convention avec les Agences de Maîtrise d’Ouvrage Déléguée
      • Convention avec la FUPRO (SIM)
      • Convention avec la PNOPPA Bénin
      • Convention avec les OP Filières
      • Convention avec la DGR
      • Convention avec l’INRAB (CRA)
      • Convention avec les ATDA
      • Collaboration avec la ANAF/FENAFAB, AJAM, OPS
      • Contrat/convention avec les centres de formation agricoles

      8. Coût et financement

      Coût total 108,6 millions d’USD (63,5 milliards de XOF) dont 62,8 millions d’USD pour le Bénin.

      SourcesMontant (FCFA’000)Montant (USD’000)Pourcentage
      Don FIDA4 738 5008 10012,90%
      Prêt FIDA12 811 50021 90034,90%
      Prêt OFID8 775 00015 00023,90%
      GAP2 925 0005 0008%
      Gouvernement5 154 5528 811,214%
      Bénéficiaire Espèce187 434320,40,50%
      Bénéficiaire Nature2 162 101,503 695,905,90%
      TOTAL36 754 087,5062 827,5100,00%

      9. Avantages environnementaux

      • augmenter la résilience des populations rurales aux chocs climatiques et à promouvoir des stratégies d’adaptation au changement climatique basées sur une amélioration des modes de gestion des ressources naturelles essentielles comme l’eau et les sols à travers la sensibilisation d’au moins 6.200 personnes.
      • aider les agriculteurs familiaux, femmes, jeunes et personnes en situation de handicap inclus, à augmenter leurs rendements agricoles et leurs capacités d’adaptation aux chocs externes, notamment climatiques, de manière durable.
      • améliorer les modes de gestion des ressources naturelles, d’atténuer les dégradations environnementales actuelles et de restaurer le couvert végétal dégradé sur environ 9 600 ha répartis.

      10. Zone d’intervention

      Couverture régionale sur les deux pays : corridors transfrontaliers entre le Bénin et le Togo.

      Cinq régions autour des marchés de demi-gros plus importants du Bénin : Malanville, Djougou, Bohicon, Glazoué et Dogbo au Bénin.

      11. PRIMA en chiffres

      • 80% des producteurs auront augmenté leurs revenus d’au moins 30% (de la marge nette de leurs activités agricoles) ;
      • 300 km de pistes rurales seront réhabilités, 9 marchés de demi-gros et 19 centres de collecte seront modernisés pour permettre une augmentation de 30% des transactions commerciales de produits agricoles ;
      • Environ 650 micro-entreprises rurales (MER) principalement dirigées par des coopératives, des femmes et des jeunes, sont soutenues sur et autour des marchés (dont 30% impliquées dans des productions à valeur nutritive élevée) pour améliorer les revenus et les capacités de résilience des femmes, des jeunes et des producteurs vulnérables ;
      • Les transactions commerciales de produits agricoles entre les deux pays augmentent de 30% ;
      • 2400 hectares de terres irriguées et 9600 hectares de sous-bassins versants en amont appliqueront des modèles d’agriculture sensibles au climat générant une augmentation de productivité de 30% ;
      • 30% d’augmentation des volumes d’échanges de produits agricoles entre les deux pays.

      12. Parties prenantes

      Niveau territorial

      • Structures déconcentrées : ATDA (1, 4, 5, 7) ;
      • Structures décentralisées : 6 DDAEP (ALIBORI ; COLLINES ; COUFFO ; DONGA ; MONO ; ZOU) ; 15 communes (Aplahoué ; Bohicon ; Bopa ; Covè ; Djidja ; Djougou ; Dogbo ; Glazoué ; Klouekanme ; Lokossa ; Malanville ; Ouaké ; Ouèssè ; Savalou ; Zogbodomey) ;
      • Les Chambres départementales de l’agriculture (ALIBORI ; COLLINES ; COUFFO ; DONGA ; MONO ; ZOU) ;
      • Les producteurs agricoles et leurs faîtières filières au niveau territoire
      • Les autres opérateurs du secteur privé ;
      • La société civile au niveau territoire ;
      • Les prestataires de services Financiers et non Financiers au niveau territoire

      Niveau central

      • MAEP (DPAF ; DLROPEA, DGR, INRAB, DPV, DCAIFE, etc.) ;
      • MEF ;
      • MDC ;
      • MIC ;
      • MEPME ;
      • Chambre Nationale de l’Agriculture ;
      • Société Civile (PASCiB) ;
      • Faitière d’OPA (PNOPPA, FUPRO, ANAF, AJAM, etc.) ;
      • Interprofessions ;
      • CCIB, APIEX, Patronat.